Accueil du site > Planète cristallographie > La cristallographie en Provence > Le CICRP

Le CICRP

Le CICRP (Centre Interdisciplinaire de Conservation et Restauration du Patrimoine), créé en 2002, est géré par un Groupement d’intérêt public à caractère culturel constitué de l’État (Ministère chargé de la Culture), de la Ville de Marseille, du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et du Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Il compte 28 personnes dont 12 dans son pôle scientifique. Il intervient dans les domaines de la conservation préventive, de la conservation curative et la restauration du patrimoine culturel relevant du domaine public ou du domaine privé protégé au titre des Monuments Historiques. Ses domaines de compétences portent sur l’art et les matériaux contemporains, les arts graphiques, le patrimoine écrit, la peinture de chevalet, la peinture murale, la pierre, la conservation préventive et en particulier les problématiques de contamination biologiques (moisissures et infestation).

Le CICRP mène une politique de recherche principalement axée sur les phénomènes d’altération des matériaux du patrimoine, le développement de techniques ou méthodes de traitement de conservation, dans les domaines de la peinture sur tout support et de la pierre, participant ou conduisant des programmes de recherche français, européens ou internationaux (programmes de recherche européens, programmes européens JPI, ANR, programmes de recherche bilatéraux…). Il travaille en particulier sur les dégradations chromatiques des pigments, les dégradations de surface du fait de la mise en jeu des propriétés de gonflement de minéraux argileux ou de la présence de sels hygroscopiques ou sur l’utilisation de techniques ou produits de restauration.

Matériel utilisé en particulier pour l’étude des matériaux-minéraux :
- Diffraction des Rayons X : diffractomètre de poudre BRUKER D8 Advance, en configuration θ-2θ. La radiation utilisée est celle du Co (λ = 0.179 nm)
- Diffraction des Rayons X : Panalytical X’PertPro équipé d’un capillaire (ø = 100 µm), en configuration q-q. La radiation utilisée est celle du Cu (λ = 0.154 nm)
- Un spectromètre Raman Renishaw in Via couplé à un microscope et à une fibre optique, équipé de deux lasers à 514 et 785 nm
- un spectromètre infrarouge à transformée de Fourier Perkin Elmer Spectrum 400 (FTIR-NTIR) couplé à un microscope équipé d’un ATR-Ge
Le CICRP utilise la microscopie électronique, par le biais du service commun de microscopie électronique d’Aix- Marseille Université (site de Saint Charles) ou du service microscopie électronique du CINaM (facilité nationale en microscopie électronique pour les sciences de la Terre, INSU).
Le laboratoire obtient occasionnellement du temps de faisceau (µ-XANES et µ-FTIR) à l’ESRF (Grenoble, France).

jeudi 5 décembre 2013, par Jean-Marc Vallet
               

Version mobile| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0